le Plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée

Objectif

 Le P.D.I.P.R. a pour objet de favoriser la découverte des sites naturels et paysages ruraux en développant la pratique de la randonnée terrestre sous ses différents aspects (pédestre, cycliste, équestre).

 

Cadre réglementaire

Institué par les lois de décentralisation - notamment la loi n° 83-663 du 22/07/83 qui désigne les départements comme maîtres d’ouvrages, le P.D.I.P.R. est un outil juridique destiné d’une part à faciliter la pratique de la randonnée en garantissant la continuité des itinéraires et d’autre part à protéger le patrimoine constitué par les chemins ruraux.

 

Ainsi, l’inscription au PDIPR d’itinéraires sous maîtrise foncière publique leur confère un caractère inaliénable et donc pérenne.

Cette portée juridique est double :

à l’égard des collectivités propriétaires, qui doivent par la suite, en cas de volonté d’aliéner ces cheminements, proposer au Conseil Général un itinéraire alternatif comparable en termes de valeur paysagère et de distance parcourue ;

envers les tiers auxquels le Plan est opposable, la cartographie des itinéraires pouvant figurer en annexe des Plans Locaux d’Urbanisme pour bien fixer l’affectation desdits chemins.

 

Outre le caractère imprescriptible et inaliénable donné aux itinéraires (sous maîtrise foncière publique) inscrits, le P.D.I.P.R. permet d’établir un cadre juridique, technique et financier pour leur gestion.

Les P.D.I.P.R. sont des outils évolutifs dans le temps et dans l’espace pour s’adapter à l’évolution des territoires et à la pratique touristique.

 

 

Le P.D.I.P.R. à La Réunion

Démarche retenue

 

Outre le principe d’un Plan à 3 volets (pédestre, équestre, VTT), il a été choisi, dans un souci d’efficience et de mise en œuvre rapide du Plan, d’en limiter la première mouture au domaine public forestier sous gestion de l’ONF (départemento-domanial et domanial), aux forêts départementales et Espaces Naturels Sensibles, voire à certains itinéraires situés hors de ce domaine, sous conditions.             

                                 

La séparation des flux de fréquentation a été, autant que possible, recherchée tant pour des raisons de sécurité des usagers que d’impact sur les itinéraires.

 

L’élaboration du projet de PDIPR a fait l’objet d’une concertation à travers des réunions de travail par discipline et secteur géographique afin de finaliser les propositions cartographiques établies par les usagers.

Le tour de table des participants à ce travail s’est voulu le plus largement représentatif, en privilégiant les structures fédérales ou fédératives : gestionnaires (ONF, associations), Maison de la Montagne, communautés de communes ou d’agglomérations, parfois communes, secteur associatif, ligues ou comités locaux émanant de fédérations sportives nationales (Comité Régional de Randonnée Pédestre, Comité Régional de Cyclisme, Comité Départemental de Cyclo-Tourisme, Comité Régional de Tourisme Equestre), syndicats professionnels (Syndicat National des Accompagnateurs en Montagne, Syndicat des Professionnels des Activités de Loisirs de pleine nature), services de l’Etat (DIREN) ou du Département (DEE-ENS), associations d’environnement.

Certaines réunions en salle ont donné lieu à des visites de terrain partenariales afin de juger au mieux de la faisabilité des propositions.

 

Après consultation des communes, le PDIPR 1 a été adopté le 05/12/06 par le Conseil général.

 

 

Un enjeu de taille : le développement touristique

Le PDIPR, outil d’aménagement et de développement d’intérêt partagé

 

En préservant le domaine forestier départemento-domanial et les itinéraires y figurant, le Département participe à la sauvegarde et à la valorisation du produit touristique réunionnais à l’égard des visiteurs extérieurs. Il contribue également au développement touristique de l’île à travers le PDIPR, l’infrastructure (réseau d’itinéraires) mise à disposition du public générant de la fréquentation et un potentiel d’activité économique au niveau des sites et régions traversés.

 

Cette contribution,  qui constitue la première phase du PDIPR, doit pour être optimale s’accompagner - dans la deuxième phase du Plan - de celles des collectivités (communes, établissements de coopération intercommunale). Ces structures pourront proposer au Département l’inscription d’itinéraires de leur territoire (suivant un certain nombre de critères d’éligibilité fixés), dans l’objectif d’aboutir au meilleur maillage territorial d’itinéraires susceptible de favoriser la mise en place de petites prestations d’hébergement, restauration ou autres.

L’armature départementale pourra ainsi constituer, en synergie avec les réseaux micro-locaux qui s’y grefferont, un catalyseur de développement d’une économie touristique locale.

 

Outre cet intérêt direct des collectivités de proximité, la 2ème phase du Plan (extension du champ géographique vers le littoral pour une couverture optimale) pourra générer un volant d’emplois potentiels (chantiers d’insertion, emplois associatifs …) liés à la maintenance des itinéraires placés sous leur maîtrise d’ouvrage. Elles pourront  par ailleurs bénéficier d’aides à l’aménagement des sentiers.

 

Documents utiles
  1. Rapport_PDIPRphase1_061206.pdf
     
  2. Cartographie: le PDIPR datant de décembre 2006, des sentiers ont été ouverts, d'autres fermés... nous travaillons sur la mise à jour.
    Nous l'intégrerons sur le site dès que possible.